Appel à contribution : “L’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux” (COnTEXTES)

Numéro de la revue COnTEXTES (https://contextes.revues.org/)

(dir. Matthieu Letourneux et Valérie Stiénon)

La littérature d’anticipation francophone qui précède la science-fiction (1840-1940) est peu considérée pour elle-même au-delà des figures de Jules Verne, Rosny aîné et Maurice Renard. Se souvient-on de José Moselli, Henri Allorge, Octave Béliard ou André Couvreur ? Albert Robida, Paul d’Ivoi, Léon Groc figurent-ils dans les histoires littéraires ? Qui sait que Paul Adam, Anatole France et Blaise Cendrars ont aussi écrit de l’anticipation ? Les œuvres d’anticipation sont trop souvent appréhendées hors du contexte qui leur donne sens : supports de publication, désignations génériques, horizons d’attente, influences idéologiques et sociales, sociabilités des auteurs, etc. Omettre ces données fondamentales conduit, pour les écrivains reconnus, à analyser a posteriori leur importance dans la constitution de ce point d’aboutissement que serait la science-fiction et, pour les autres, à minimiser leur production en l’alignant sur des pratiques génériques et esthétiques plus visibles ou valorisées.

La nécessité d’une réinscription contextuelle apparaît pourtant lorsqu’on prend la mesure de la variété des étiquettes d’époque : roman d’hypothèse, anticipation scientifique, merveilleux scientifique, roman des temps futurs et bien d’autres catégories que le modèle conceptuel de la science-fiction défini au mitan du XXe siècle tend à faire oublier ou considérer comme des manifestations imparfaites de « science-fiction archaïque ». Échapper à cette perspective téléologique et anachronique implique de considérer la diversité des contextes médiatiques et sociaux qui font apparaître des auteurs inscrits dans des sociabilités variées, participant à des portions hétérogènes du champ littéraire, investissant des circuits éditoriaux multiples qui dessinent un horizon d’attente et des conventions très différentes (littérature populaire, littérature pour la jeunesse, vulgarisation scientifique, textes politiques, productions légitimées). C’est la difficile reconnaissance des œuvres elle-même qui est concernée, dans la mesure où la légitimation repose sur des logiques parallèles, parfois croisées, entre production populaire cherchant le succès public, littérature éducative dont les enjeux ne sont pas strictement littéraires et caractère atypique de quelques œuvres jouant le jeu de la distinction.

Les études centrées sur la littérature canonique tendent à objectiver celle-ci comme une réalité indépendante des autres formes de discours ou transcendant ses conditions de production. Le cas complexe et hétérogène de l’anticipation, qui côtoie tant la littérature industrielle, le journalisme, la vulgarisation et les productions (para)scolaires que les circuits de la légitimation distinctive, appelle à procéder autrement et à développer des approches nuancées. Il soulève des questions cruciales : quelle est la part éditoriale, médiatique et collective du genre ? En quoi l’inscription des textes dans des supports de diffusion et des cohérences discursives (feuilleton, livre de prix, littérature pour la jeunesse, vulgarisation) engage-t-elle des discours de sens et de valeurs différents ? Peut-on rendre compte des dynamiques intertextuelles et architextuelles qui organisent et définissent cette production ? Comment les discours sociaux prennent-ils sens dans leurs actualisations médiatiques ?

Il convient, pour répondre à ces questions, d’interroger les conditions historiques et matérielles de développement de l’anticipation : éditeurs, carrières, réseaux, structures interdiscursives, sérialisation médiatique des imaginaires et des attentes du public, incidence du contexte de production sur la forme des textes et leur signification. Ces données sont susceptibles d’éclairer par la continuité et la récurrence, plutôt que par l’exception problématique, une littérature largement tributaire des discours médiatiques et sociaux de son temps. Elles font apparaître des ensembles relevant de logiques génériques et d’inscriptions contextuelles dont la dynamique reste à étudier. Elles mettent aussi en évidence des interférences entre personnels qui se côtoient, supports partagés et collections spécifiques.

Trois axes de réflexion pourront être développés :

L’anticipation dans la presse et l’édition : supports et genres

  • rôles des éditeurs et des collections accueillant du récit d’anticipation (collections populaires chez Tallandier et Ferenczi, « Les récits mystérieux » chez Méricant, collection « Hypermondes » fondée par Régis Messac, etc.)
  • caractéristiques des organes de presse publiant de l’anticipation (Magasin d’éducation et de récréation, La Caricature, Journal des Voyages, Science Illustrée, Lectures pour tous, Je Sais tout, L’Intrépide, Sciences et Voyages, etc.)
  • poétiques d’anticipation nées dans la presse (fictions scientifiques, éphémérides parodiques, catégories génériques et rubriques privilégiées)
  • sérialités éditoriales (éditeurs, collections, réseaux de distribution, modes de consommation, incidence sur la nature des textes et les attentes qu’ils induisent)
  • interactions sociales (écuries, collaborateurs attitrés) et disciplinaires (thématiques, iconographiques) induites par la presse
  • modalités d’appropriation de l’anticipation par le secteur jeunesse

(Il)légitimités de l’anticipation : valeurs et pratiques

  • formes de distinctions attribuées à des œuvres ou auteurs d’anticipation (Prix Jules Verne, Prix Rosny aîné, Prix Jean Ray, Goncourt pour John-Antoine Nau et Claude Farrère)
  • enjeux de reconnaissance inscrits dans les pratiques (feuilletonistes vs romanciers, types de lectorat visés selon les périodiques ou les collections)
  • dynamique et postérité des rééditions (changements de support, de périodicité, de format et de collection, rôles de l’illustration)
  • interactions multiples du populaire, du « moyen » et du légitime, depuis la production jusqu’aux réceptions successives
  • carrières dans l’ombre, nègres et seconds couteaux (André Laurie/Paschal Grousset)

Socialité de l’anticipation : réseaux et discours

  • sociabilités : quels auteurs se connaissent, se côtoient, se citent (dédicaces, préfaces, correspondances), s’apprécient (importance des amitiés littéraires) ou s’opposent
  • rôle fédérateur ou discriminant des filiations revendiquées autour de figures tutélaires (Rosny aîné, Renard) ; mise en perspective de ces hiérarchies littéraires avec les réseaux éditoriaux et médiatiques
  • importance des médiateurs (éditeurs, directeurs de journaux, illustrateurs, imprimeurs et libraires)
  • discours tenus sur l’œuvre d’anticipation (auteurs, éditeurs, critiques) et inscription dans le discours social qui témoignent de la part collective de l’anticipation
  • périodisation des discours produits ou relayés par les œuvres dans leur contexte social et éditorial

 

Les propositions de contribution (environ 400 mots) sont à envoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et Valérie Stiénon (valerie.stienon@univ-paris13.fr) avant le 20 février 2016. Les articles retenus seront attendus pour le 15 septembre 2016. Ils feront l’objet d’une évaluation par le comité scientifique de la revue. 

 

Bibliographie indicative

Sur l’anticipation et la science-fiction francophones avant 1940

Alcon Paul, Origins of Futuristic Fiction, Athens, Georgia University Press, 1987.

Angenot Marc, « Science Fiction in France before Jules Verne », Science Fiction Studies, vol. 5, part 1, 1978, pp. 58-66.

Barel-Moisan Claire (dir.), dossier « Romans d’anticipation. Une évasion du présent », Nineteenth-Century French Studies, vol. 43, n°3-4, 2015.

Bridenne Jean-Jacques, La Littérature française d’imagination scientifique [1950], Haubourdin, Éditions Antares, 1983.

Chaperon Danielle, « Du roman expérimental au merveilleux-scientifique : Science et fiction en France autour de 1900 », Europe, n°870, 2001, pp. 51-63.

Dessy Clément et Stiénon Valérie (dir.), (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940), Presses Universitaires du Septentrion, 2015.

Doré Sandrine (dir.), De jadis à demain. Voyages dans l’œuvre d’Albert Robida (1848-1926), Compiègne, Musée Antoine Vivenel, 2010.

Evans Arthur (éd.), Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction, Middletown CT, Wesleyan University Press, 2014.

Fondanèche Daniel, La Littérature d’imagination scientifique, Amsterdam-New York, Rodopi, 2012.

Sylvos Françoise, « L’Émergence de la science-fiction durant la première moitié du XIXe siècle », dans Jean-Marie Seillan (dir.), Les genres littéraires émergents, Paris, L’Harmattan, 2005, pp. 183-200.

Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Paris, Champion, 2012.

 

Approches sociales, discursives et médiatiques du littéraire

Angenot Marc, 1889, Un état du discours social, Médias 19 (réédition), URL : http://www.medias19.org/index.php?id=11003.

Angenot Marc, « Théorie du discours social », COnTEXTES, n°1 « Discours en contexte », 2006. URL : http://contextes.revues.org/51.

Durand Pascal, « La “culture médiatique” au XIXe siècle. Essai de définition-périodisation », Quaderni, n°39, 1999, pp. 29-40.

Durand Pascal, « Presse ou médias, littérature ou culture médiatique ? Question de concepts », COnTEXTES, n°11 « Le littéraire en régime médiatique », 2012. URL : http://contextes.revues.org/5392.

Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain (dir.), La Civilisation du journal, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011.

Maingueneau Dominique, Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

Migozzi Jacques, Boulevards du populaire, Limoges, PULIM, 2005.

Mollier Jean-Yves, « La naissance de la culture médiatique à la Belle-Époque : mise en place des structures de diffusion de masse », Études littéraires, vol. 30, n°1, 1997, pp. 15-26.

Pinson Guillaume, L’Imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2012.

Thérenty Marie-Ève, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007.

Thérenty Marie-Ève, « Pour une poétique historique du support », Romantisme, n°143, 2009, pp. 109-115.

Vaillant Alain, « Du bon usage du concept de légitimité : notes en marge de l’histoire littéraire du XIXsiècle », Lieux littéraires/La Revue, n°5, 2002, pp. 81-105.

Vaillant Alain, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.

« Multiple histoire littéraire », RHLF, vol. 103, 2003/3.

 

Histoires de l’édition et de la vulgarisation

Bensaude-Vincent Bernadette et Rasmussen Anne, La Science populaire dans la presse et l’édition (XIXe-XXe siècles), Paris, CNRS Éditions, 1997.

Letourneux Matthieu et Mollier Jean-Yves, La Librairie Tallandier. Histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000), Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011.

Marcoin Francis, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au XIXe siècle, Paris, Champion, 2006.

Mollier Jean-Yves, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine, Paris, PUF, « Le Nœud gordien », 2001.

Mollier Jean-Yves, « Diffuser les connaissances au XIXe siècle : un exercice délicat », Romantisme, vol. 30, n°108, 2000, pp. 91-101.

Olivero Isabelle, L’Invention de la collection. De la diffusion de la littérature et des savoirs à la formation du citoyen au XIXe siècle, Paris, IMEC et Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1999.

Raichvarg Daniel et Jacques Jean, Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des sciences, Paris, Seuil, 2003.

Willis Martin, Mesmerists, Monsters, & Machines, Science Fiction & the Cultures of Science in the Nineteenth Century, Ohio, The Kent State University Press, 2006.

Parution : Le discours « néo-réactionnaire », sous la dir. de Pascal Durand & Sarah Sindaco

Le discours « néo-réactionnaire », sous la direction de Pascal Durand & Sarah Sindaco

Collection « Culture & Société » dirigée par Gisèle Sapiroimage002

« Les nouveaux réactionnaires » : l’appellation trouve sa source dans un bref pamphlet paru en 2002 sous ce titre. La polémique, aussitôt très vive, n’a pas cessé, depuis, d’envenimer l’espace médiatique et intellectuel français.

Quoi de commun pourtant entre la pensée d’un Marcel Gauchet et les best-sellers d’un Éric Zemmour ? Entre la phraséologie aristocratique d’un Richard Millet et le parler peuple d’un Robert Ménard ? Entre la mélancolie indignée d’un Alain Finkielkraut et le dandysme revenu de tout d’un Michel Houellebecq ?

Un tempérament réfractaire sans doute, articulant transgression et conservatisme ; une même volonté d’en découdre avec le « politiquement correct » et la « police de la pensée » ; une même propension, aussi, à se penser en représentants minoritaires d’une majorité opprimée, sur fond de désenchantement démocratique et de hantise du déclin.

Romanciers, philosophes, intellectuels « médiatiques », historiens, journalistes : le spectre des « néo-réactionnaires » est large, au risque de la confusion et de l’amalgame. Les auteurs réunis dans le présent ouvrage entendent contribuer à un examen dépassionné de cette nébuleuse, en soulignant la diversité des champs d’appartenance et des registres d’expression de ceux qui la composent ou s’y trouvent rangés à leur corps plus ou moins défendant.

Pascal Durand, professeur à l’Université de Liège, sociologue de la littérature et de l’édition, est spécialiste de l’œuvre de Mallarmé. On lui doit d’autre part différents travaux sur les figures de l’orthodoxie politico-médiatique contemporaine : Médias et Censure (2004), La Censure invisible (2006) et Les Nouveaux mots du pouvoir. Abécédaire critique (2007). Ce dernier ouvrage a obtenu le prix du Pamphlet créé par les Éditions Anabet.

Docteure de l’Université de Liège, Sarah Sindaco est spécialiste de la littérature française des xxe et xxie siècles et des rapports entre texte et idéologie. Elle a notamment publié La Fabrique du Français moyen. Productions culturelles et imaginaire social dans la France gaullienne (1958-1981) (2009).

978-2-271-08898-7

372 pages

25 €

Contact presse :

Solange Bied-Charreton

solange.bied-charreton@cnrseditions.fr et 01 53 10 27 02

 

Table des matières ci-après :

Introduction. La construction des « nouveaux réactionnaires »

par Pascal DURAND et Sarah SINDACO

 

PREMIERE PARTIE Structures et trajectoires

Notables, esthètes et polémistes : manières d’être un écrivain « réactionnaire » des années 1930 à nos jours 

par Gisèle SAPIRO

D’un ton réactionnaire : « restauration » et « changement » dans la Lettre ouverte de Guy Hocquenghem 

par Antoine IDIER

Des « nouveaux philosophes » aux « nouveaux réactionnaires » : trajectoires et récits de soi chez André Glucksmann et Pascal Bruckner 

par Sarah SINDACO

Pierre-André Taguieff : de la critique de la Nouvelle Droite au libéralisme intellectuel 

par Jean-François SAVANG

Les Rayons et les Ombres : querelle des « nouveaux réactionnaires » et critique des Lumières 

par Marc ANGENOT

Comptoir d’Amérique : les « nouveaux réactionnaires » et le nationalisme conservateur au Québec 

par Jean-Pierre COUTURE

 

DEUXIEME PARTIE Discours et topiques 

La communauté du ressentiment. Adresse au lecteur et médiation d’une posture politique : l’exemple du blog  d’Ivan Rioufol

par Christine SERVAIS

Des « salauds » : éthos et interdiscours dans Causeur 

par François PROVENZANO

Déclin français et antiaméricanisme : invariants et nouvelles thématiques du discours réactionnaire 

par Mohamed AIT-AARAB

Les discours réactionnaires sur l’école : certitudes pamphlétaires et ambiguïtés romanesques 

par Laurent ROBERT

La laïcité réactionnaire : une tentative de déconstruction 

par Marc JACQUEMAIN

Le magicien et le réactionnaire. A propos des « Dissidents de l’islam » 

par Mohamed Amine BRAHIMI

La « bonne nature » du Symbolique : sur quelques équivoques de l’anthropologie française contemporaine 

par Edouard DELRUELLE

PaCS, mariage pour tous et ordre naturel : la science du droit aux mains des « nouveaux réactionnaires » 

par Nicolas THIRION

 

TROISIEME PARTIE Esthétiques et postures littéraires

Faire du Balzac avec du Rubens : « Outrances à plaisir » et « profusions d’excès » chez Philippe Muray 

par Francesca LORANDINI

Extension ou liquidation de la lutte ? Remarques sur le roman selon Houellebecq 

par Dominique RABATE

Richard Millet : le scénario Céline 

par Jérôme MEIZOZ

Autour de L’Etat culturel de Marc Fumaroli : patrimonialisation et mort de la littérature 

par Philippe ROUSSIN

Jean Clair contre le surréalisme : un « nouveau réactionnaire » pour un vieux discours 

par Andrea D’URSO

Le soulèvement contre le monde secondaire: de Botho Strauß aux « nouveaux réactionnaires » allemands

par Heribert TOMMEK

Au-delà de l’exil : la critique cynique de Peter Sloterdijk 

par Jeremy HAMERS

Appel à contributions : Les lieux de sociabilités littéraires et artistiques (XVIIIe-XXIe siècles) (COnTEXTES)

Appel à communications

« Les lieux de sociabilités littéraires et artistiques
(XVIIIe-XXIe siècles) »

Septièmes journées d’étude du groupe COnTEXTES

Bruxelles, 12-14 mai 2016

 

Du salon de la rue Notre-Dame des Champs où Hugo a rassemblé les lieutenants qui le soutiendraient lors de la bataille d’Hernani jusqu’aux cafés où se rassemblaient les Surréalistes avant que Breton ne mette le holà sur leur consommation de boisson (Vrydaghs, 2009), en passant par la bibliothèque de l’Arsenal où Nodier ouvre le Cénacle et telle librairie de province où tel auteur est invité à faire la promotion de son ouvrage, les lieux de sociabilité littéraires sont aussi nombreux que diversifiés. Leur histoire reste toutefois à faire. En France, par exemple, si dès le XVIIe siècle, des salons littéraires se sont développés dans l’ombre de la cour, l’époque romantique a vu augmenter le nombre de ces espaces de réunion avec l’autonomisation de l’écrivain par rapport au pouvoir royal et l’avènement d’un marché libre des valeurs littéraires (Glinoer, Laisney, 2013 : 25, 26). Il faudrait déterminer comment cette multiplication des lieux de sociabilité entre cafés-concerts, clubs, cercles, music-halls, etc. a perduré ou non jusqu’à nos jours et comment ont évolué leurs modalités.

Les formes de sociabilité artistique et littéraire ont fait l’objet d’études, principalement sous l’angle historique et sociologique. Ces recherches se concentrent essentiellement sur les pratiques et les acteurs de ces regroupements mais elles ne prennent guère en compte l’espace et le lieu même au sein desquels se déroulent les échanges. L’émergence récente de perspectives issues de la « géographie littéraire » amène à interroger la dimension spatiale des pratiques littéraires (voir notamment Collot, 2014). Le territoire au sens large, la ville et les milieux ruraux, sont autant de sujets déjà abordés sur le plan des représentations, mais le lieu, entendu en son sens restreint, lorsqu’il assume une fonction au sein des sociabilités artistiques et/ou littéraires, est rarement analysé en tant que tel. Or ces sociabilités, tant dans l’étendue des réseaux qu’elles mobilisent que dans leurs modalités d’échanges, sont intimement déterminées par les lieux dans lesquels elles prennent place.

Jusqu’à présent, les études en sociologie littéraire n’ont pas pleinement pris la mesure de cette dimension spatiale. Ces journées d’étude s’appuient sur l’hypothèse que la localisation et le type de lieu participent des modes de fonctionnement des champs littéraire et artistique. La permanence d’un lieu peut ainsi pérenniser l’existence d’un groupe – on sait par exemple l’importance du café de Flore pour les écrivains existentialistes comme lieu emblématique de leurs rencontres. De même, l’accès à un lieu peut constituer l’étape déterminante d’une entrée dans le champ : la formule du Chat noir où chacun est invité librement à prendre la parole devant un public d’amateurs a pu servir de tremplin à de jeunes aspirants écrivains. Dans ses fonctions et sa configuration mêmes, le lieu peut rencontrer de manière permanente ou provisoire les besoins d’un ensemble d’agents. Le caractère privé du cénacle, dans son confinement, peut ainsi rencontrer la volonté de discrétion mystérieuse d’un collectif en formation (Glinoer, Laisney, 2013). Le type d’activités tenues en un lieu, qui se détache souvent du cadre strict de la pratique littéraire ou artistique, influence les formes de sociabilités qui peuvent s’y tenir (voir les interactions entre pratiques littéraires et culturelles avec les activités d’un cercle d’escrime bruxellois de la fin de siècle comme Arte et Marte : Aron, 2013). Le lieu peut enfin endosser une fonction mythifiante. Il est pourvoyeur d’une connotation, d’une valeur symbolique. Cette dernière peut préexister à l’établissement d’une sociabilité en son sein, de même qu’à l’inverse la fréquentation d’un lieu par des artistes ou des écrivains servira de prétexte à la construction de sa légende. Songeons à la pension bretonne Le Gloanec à Pont-Aven, qui servit de nid à l’éclosion de sociabilités picturales et littéraires notamment autour de Paul Gauguin, ou à Médan, lieu emblématique du lien entre Zola et ses disciples naturalistes (Pagès, 2015).

La question du lieu de sociabilité trouve toute sa pertinence si on la considère dans sa pluralité. Il importe d’étudier la fréquentation concommitante et successive des lieux par un ou plusieurs agents en évaluant les relations de concurrence, de complémentarité ou de hiérarchie entre ces lieux. Ces septièmes journées d’étude du groupe COnTEXTES aborderont donc une réflexion sur les dimensions spatiales des sociabilités littéraires et artistiques du xviiie siècle jusqu’à nos jours, qui sera articulée selon quatre axes :

1° Géographies

La localisation d’un lieu de sociabilité se trouve à l’intersection de déterminations qui ne relèvent pas du seul champ littéraire (répartition sociale, travaux de rénovation urbaine, etc.), mais qui informent les dynamiques à l’œuvre au sein de celui-ci. Il s’inscrit dans un espace socialement structuré, particulièrement au sein des villes. Le pouvoir étatique, le champ économique et les flux de circulation divisent le territoire en quartiers et l’organisent en une série de lieux emblématiques. L’emplacement d’un lieu de sociabilité est donc signifiant selon qu’il se situe dans un quartier financier ou industriel ou à proximité d’une institution académique ou culturelle, une école artistique, une gare, une maison d’édition ou encore tout simplement du lieu d’habitation des artistes. À cette structure matérielle et objectivable des espaces se superpose un ensemble symbolique de représentations collectives. Ces représentations et la symbolique littéraire ou artistique des espaces vont éventuellement répliquer leurs oppositions sur une structure spatiale ou géographique qui ont une influence dans l’élection d’un lieu (Charle, 1977 ; Sapiro, 2001). Ces réflexions ne doivent pas se restreindre aux réalités urbaines, elles pourront aussi être menées en ce qui concerne les lieux situés dans les espaces ruraux.

Il importe in fine de dresser une géographie étendue. Des écrivains fréquentent plusieurs lieux de sociabilité à un même moment ou évoluent d’un lieu à un autre de manière successive au cours de leur carrière. On décrira les relations établies entre ces différents lieux dans la synchronie et la diachronie, en ce qu’elles peuvent notamment éclairer l’émergence et la trajectoire d’un écrivain ou d’un mouvement.

2° Typologies

Un examen sommaire montre rapidement que les lieux de sociabilités littéraires et artistiques ne se limitent pas aux seuls cafés, salons ou autres locaux de rédaction de revue. Le présent appel propose d’en renouveler et d’en préciser la typologie. On citera en vrac les cinémas, les maisons d’édition, les rédactions de revues, les librairies, les académies, les écoles artistiques, les maisons ou appartements privés, les pensions, les hôtels, les parcs, les universités, les foires et salons du livre, … La typologie de ces lieux doit se penser conjointement aux pratiques qui peuvent y être liées et aux besoins que les artistes peuvent rencontrer. L’existence aussi bien que l’absence de critères pragmatiques dans l’élection d’un lieu (telle la nécessité d’échapper à des appartements exigus) constituent autant d’indices factuels, parfois occultés, qui demandent à être confrontés aux discours et aux images légendaires fabriqués autour de ce lieu. L’aspect morphologique de ces espaces sera également envisagé : l’architecture, la décoration, la configuration spatiale sont-elles en lien avec l’esthétique des collectifs qui s’y rassemblent ? peuvent-elles se penser avec leur position dans le champ et au sein des hiérarchies sociales ? Entre la bohème « exclue » et les écrivains mondains, la plupart des cénacliers du XIXe siècle choisirent par exemple un lieu privé et bourgeois correspondant à leur statut (Glinoer, Laisney, 2013 : 252).

La relation entre un lieu et les sociabilités qu’il accueille doit ici être évaluée. Si une adresse spécifique peut être attachée à un mouvement ou un groupe (comme « La Fleur en papier doré » pour les Surréalistes à Bruxelles), le même endroit peut rassembler, parfois au même moment, différents collectifs, qui peuvent être concurrents. Le lieu, en tant que tel, participe-t-il à l’établissement de semblables différenciations ? Une typologie des lieux devra aussi mettre en évidence les formes sociabilitaires qu’ils rendent possibles. Une perspective genrée pourra montrer comment sont choisis des lieux de sociabilités féminins. De même, on interrogera la spécificité induite par un lieu dans des sociabilités militantes. Les contributions transversales ou définitoires seront particulièrement privilégiées dans cette perspective.

3° Fictions et représentations

Une perspective géocritique (Westphal, 2000) doit envisager le lieu de sociabilité littéraire comme reposant en partie sur un ensemble de représentations textuelles et/ou graphiques.

La mythographie qui permet à ce type de lieux d’accéder à la légende – on pense entre autres à l’aura qui entoure le café littéraire parisien (Laisney, 2010) – devra notamment être questionnée : qui fait le lieu ? qui le rend célèbre ? qui l’institue ? par quels biais et de quelle façon ? On s’interrogera enfin sur les conséquences de cette mythographie du lieu sur la cohésion et la périnisation de collectifs littéraires et artistiques.

Un élément de représentation lié à ces lieux (la salle de l’hôtel des étrangers dans laquelle se rassemblent les Zutistes est par exemple qualifiée de « turne » et de « taudis sombre » recouverte de « tapis infects » par les membres de l’assemblée) ou à des ambiances (du « style de vie bon enfant » d’un café « à l’atmosphère réservée et exclusive des salons », Bourdieu 1998 : 126-127) peut être instrumentalisé pour susciter l’adhésion ou le rejet vis-à-vis d’une esthétique ou d’une « conduite de vie » (Weber) d’un collectif (Saint-Amand, Vrydaghs, 2008 ; Vrydaghs, 2009). Il peut également constituer un élément de la posture qu’un groupe ou un individu souhaite adopter ou reproduire ou dont ils cherchent à se distinguer.

4° Géopoétique

Les déterminations qu’implique un lieu de sociabilité sur la création littéraire doivent encore être étudiées. On s’interrogera sur les pratiques de création qui peuvent se dérouler en un lieu de sociabilité donné. Le cas échéant, ces pratiques sont-elles déterminées par le cadre spatial lui-même au point de vue formel, générique ou thématique ? L’hypothèse des « petites formes » (sketches, lectures de poèmes, chansons, pantomimes) a déjà été évoquée dans le contexte des cabarets viennois, mais guère analysée (Segel, 1993 : 29-31). La question de l’adaptation des formes littéraires et artistiques au lieu se pose notamment dans le cas du théâtre d’ombres et des cabarets ou café-concerts, tel que celui du Chat Noir.

L’existence déjà connue de pratiques créatives collectives invite à prendre en compte dans leur interprétation le lieu même où elles ont été produites. Peut-on envisager une dimension spatiale dans la génétique du « cadavre exquis » surréaliste ? Les œuvres connues pour leur référence ludique à la sociabilité littéraire, comme le « Salut » de Stéphane Mallarmé, peuvent-elles être remises en perspetive par la prise en compte des dispositions mêmes du lieu où l’œuvre se met en scène ?

Ces journées viseront à dépasser le récit anecdotique de lieux, afin d’étudier leurs effets, du point de vue de leur matérialité concrète et de leur localisation, sur les sociabilités et les pratiques elles-mêmes. Les questions épistémologiques et les études de cas développant une perspective théorique seront donc privilégiées.

Le colloque aura lieu à Bruxelles les 12, 13 et 14 mai 2016. Les propositions de communication (environ 500 mots) sont à envoyer avant le 1er décembre 2015 à :

Après évaluation par le comité scientifique du groupe COnTEXTES, un avis sera communiqué aux auteurs en janvier 2016.

 

Bibliographie sélective

Aron (Paul), « Petite contribution à l’étude d’un art de vivre : Edmond Picard et le cercle d’escrime Arte et Marte », dans Jane Block, Claude Sorgeloos (dir.), Homage to Adrienne Fontainas. Passionate Pilgrim for the Arts, New York/Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt am Main/Oxford/Wien, Peter Lang, 2013.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire [1992], Paris, Seuil, « Points », 1998.

Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 13, février 1977, p. 45-59.

Collot (Michel), « Vers une géographie littéraire », Fabula-LHT, Dossier, 16 mai 2011 [En ligne], URL : http://www.fabula.org/lht/8/index.php?id=242.

Collot (Michel), Pour une géographie littéraire, Paris, Corti, 2014.

Fäcker (Julie), « Lieux d’écrivains. Le café dans la construction posturale des Jeunes Belgique », Textyles, n° 47, Bruxelles, une géographie littéraire, dirigé par P. Aron et L. Brogniez, 2015 (à paraître).

Fugier (Anne), Les Salons de la IIIe République. Arts, littérature, politique, Paris, Perrin, 2003.

Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2013.

Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés littéraires : deux sociabilités antagonistes », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 110, 2010/3, p. 563-588.

Lemaire (Gérard-Georges), Les Cafés littéraires. Vies, morts et miracles, Paris, La Différence, 1997.

Lepage (Auguste), Les cafés artistiques et littéraires de Paris, Paris, Boursin, 1882.

Lilti (Antoine), Le Monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

Pagès (Alain), Zola et le groupe de Médan, Paris, Perrin, 2015.

Parvulesco (Constantin), Cafés littéraires de France et d’Europe, Boulogne-Billancourt, Du May, 2007.

Racine (Nicole) et Trebitsch (Michel) (dir.), Cahiers de l’institut d’histoire du temps présent, « Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux », n° 20, mars 1992.

Saint-Amand (Denis), Vrydaghs (David), « La biographie dans l’étude des groupes littéraires », COnTEXTES [En ligne], La question biographique en littérature. Histoire, méthodologies, fictions, édité par le groupe COnTEXTES, n°3, 2008, URL : http://contextes.revues.org/2302.

Sapiro (Gisèle), « De l’usage des catégories de « droite » et de « gauche » dans le champ littéraire », Sociétés et représentations, n° 11, p. 19-53.

Segel (Harold B.), The Viennese Coffeehouse Wits, 1890-1938, West Lafayette, Purdue University Press, 1993.

Vrydaghs (David), « Des cafés aux dancings », COnTEXTES [En ligne], Qui a lu boira, édité par Geneviève Boucher et Pascal Brissette, n°6, septembre 2009. URL : http://contextes.revues.org/4412.

Westphal (Bertrand), « Pour une approche géocritique des textes », dans La Géocritique mode d’emploi, Limoges, PULIM, coll. « Espaces Humains », n° 0, 2000, p. 9-40.

Lien vers l’appel (PDF) : Appel COnTEXTES Lieux

Appel à contributions : La controverse littéraire ou l’art de la dispute (Revue Relief)

Ce numéro spécial de la revue Relief se propose d’aborder la question des controverses littéraires. Promue depuis les anciens traités de rhétorique de l’Antiquité, discutée à la Renaissance, retrouvée pendant la seconde moitié du XXe siècle (pensons aux rhétoriques des figures ou de l’argumentation), la controverse semble désormais se contenter d’une définition a minima, celle d’un positionnement conflictuel entre deux ou plusieurs parties devant un public. En organisant des points de vue divergents et concurrentiels, la controverse fait débat. Or, si la controverse est depuis quelques années l’objet de nombreux travaux en sciences sociales (principalement dans le giron de la sociologie pragmatique mais aussi du côté des science studies), les travaux dans le champ littéraire sont à la fois plus rares et plus confidentiels, principalement circonscrits à l’étude de la rhétorique polémique, que ce soit du côté de la controversia judiciaire ou de la disputatio philosophique.

En prenant soin d’analyser des cas empiriques, les problématiques suivantes seront ici privilégiées :

  • La controverse comme dispositif dynamique capable non seulement de mettre à nu les mécanismes de représentation socio-historique mais aussi de reconfigurer le champ littéraire et l’ordre social.
  • Les conditions pragmatiques de la discussion, la trajectoire des arguments échangés, l’administration des preuves et les contraintes argumentatives à l’œuvre dans les controverses littéraires.
  • La question des controverses interprétatives : les mécanismes de négociation sur ce qui est autorisé et non-autorisé.
  • Sens et valeur des accords et des désaccords du fait littéraire.
  • Les prises à partie, l’implication des acteurs et les positionnements institutionnels.
  • Force et rapports de force : les mécanismes de régulation des controverses littéraires.

Bibliographie sélective

– Ruth Amossy, Apologie de la polémique, Paris, PUF, coll. « L’interrogation philosophique », 2014.

– Anne Boquel et Étienne Kern, Une histoire des haines d’écrivains : de Chateaubriand à Proust, Paris, Flammarion, 2009.

– Léonard Burnand et Adrien Pascoud (éds.), Espaces de la controverse au seuil des Lumières (1680-1715), Paris, Honoré Champion, 2010.

– Christophe Charle, Naissance des «intellectuels» (1880-1900), Paris, Éd. de Minuit, 1990.

– Yves Citton, Pour une interprétation littéraire des controverses scientifiques, Versailles, éd. Quae, coll. « Sciences en questions », 2013.

– Catherine Colliot-Thélène, « Expliquer/comprendre. Relecture d’une controverse », EspacesTemps, 84-85, 2004, p. 6-23.

– Patrick Dandrey, La guerre comique : Molière et la querelle de L’École des femmes, Paris, Hermann, 2014.

– Luc Fraisse (éd.), L’histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle, Controverses et consensus, Paris, PUF, 2005.

– Bart Garssen et Frans van Eemeren, Controversy and Confrontation, Amsterdam, University of Amsterdam, 2008.

– Yves Gingras (éd), Controverses, Accords et désaccords en sciences humaines et sociales, Paris, CNRS éditions, 2014.

– Carlos Ginzburg, Rapports de force – Histoire, rhétorique, preuve, trad. J.-P, Bardos, Paris, Gallimard – Seuil, coll. « Hautes études », 2003.

– Alain Le Boulluec (éd.), La controverse religieuse et ses formes, Paris, Ed du Cerf, coll. « Patrimoines – Histoire des religions », 1995.

– Jérôme Meizoz, Confrontations (1994-2004), Lausanne, Éditions Antipodes, 2005.

– Mil neuf cent, Revue d’histoire intellectuelle, n°25, 2007/1. Comment on se dispute. Les formes de la controverse, De Renan à Barthes.

– Béatrice Sayhi-Périgot, Dialectique et littérature – Les avatars de la dispute entre Moyen Âge et Renaissance, Paris, Honoré Champion, 1995.

– Judith Schlanger, L’Enjeu et le débat : les passés intellectuels, Paris, Denoël Gonthier, 1979.

Protocole d’évaluation

Les articles soumis à la revue sont rendus anonymes, évalués par deux membres du comité de rédaction ou du conseil scientifique, et selon la pertinence scientifique par un ou deux évaluateurs extérieurs. La décision de publication est prise après délibération collective du comité.

Modalités de soumission

Les propositions (titre de la contribution et résumé de quinze lignes) sont à envoyer à Olivier Sécardin (olivier.secardin@gmail.com)

avant le 15 septembre 2015.

Les contributions définitives seront à remettre avant le 31 octobre  2015.

Les textes envoyés doivent obéir aux règles de la charte éditoriale disponible à l’adresse suivante :  https://www.revue-relief.org/docs/instructions_FR.pdf

Relief (https://www.revue-relief.org) est une revue internationale qui s’adresse à des chercheurs dans le domaine de la littérature et de la culture françaises du Moyen Âge jusqu’à nos jours. Relief est publié deux fois par an.

Comité éditorial

La rédaction

  • Esfaindyar Daneshvar, Université de Leyde
  • Sjef Houppermans, Université de Leyde
  • Els Jongeneel, Université de Groningue
  • Alicia C. Montoya, Université de Nimègue

Comité de rédaction

  • Sophie Bertho, Université Libre d’Amsterdam
  • Maarten van Buuren, Université d’Utrecht
  • Jean Duffy, Université d’Edinburgh
  • Luc Fraisse, Université de Strasbourg
  • Marie-Christine Kok-Escalle, Université d’Utrecht
  • Ieme van der Poel, Université d’Amsterdam
  • Pierre Schoentjes, Université de Gand
  • Franc Schuerewegen, Université de Nimègue
  • David Scott, Université de Dublin
  • Hans Siepe, Université de Duesseldorf
  • Paul J. Smith, Université de Leyde
  • Dominique Viart, Université de Lille 3

Le rédacteur en chef

  • Sjef Houppermans, Université de Leyde

Parution : C. Dessy, V. Stiénon (dir.), Bévues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940) (Septentrion, 2015)

51A8Thr-eLL(Bé)vues du futur : les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940)
Clément Dessy, Valérie Stiénon (dir.)

Date de parution : 20/08/2015 
Editeur : PU du Septentrion 
ISBN : 978-2-7574-0887-2 EAN : 9782757408872, 305 p. 30 €

Aujourd’hui inscrite au cœur des cultures télévisuelle et adolescente, la dystopie possède une histoire riche pourtant méconnue. Cette forme d’expression qui mêle projection dans le futur et vision critique d’une société révèle les enjeux majeurs des époques qu’elle a traversées. Explorer ses caractéristiques visuelles sur un siècle, de 1840 à la Seconde Guerre mondiale, permet d’observer les lignes de forces d’un imaginaire central dans la littérature et les arts. L’imaginaire dystopique ne touche pas seulement à l’iconographie. Il concerne aussi les ressources textuelles de la description, la circulation transmédiatique des fictions et la définition même d’un univers souvent improprement qualifié par les étiquettes de fantastique et de science-fiction.

Ce volume collectif abondamment illustré offre un aperçu chronologique empruntant ses approches à l’analyse de texte, à l’étude de l’image fixe ou animée, à la sociologie des auteurs et de l’édition, ainsi qu’à l’histoire des représentations. Il se centre sur les aires d’expression française, qui ont leurs propres spécificités, distinctes des réalisations anglo-saxonnes. Envisageant tant les œuvres paralittéraires que celles d’avant-garde, il met à l’honneur une production foisonnante, encore peu étudiée : de Souvestre à Bartosch, sans oublier Henriot et Robida, de l’eschatologie biblique à la poétique des ruines de la ville moderne, en passant par l’archéologie rétrofuturiste et l’imaginaire des fourmis.

Table des matières

L’étude des imaginaires visuels de la dystopie : une introduction prospective
Clément Dessy & Valérie Stiénon
Une désignation polémique
Une définition modulable
Un mode d’expression visuel
Un genre et ses limites
Variations sur l’espace-temps
Les convergences d’un imaginaire
Présentation des contributions

Le Monde tel qu’il sera : de la satire d’actualité à la dystopie
Olivier Ghuzel
Un roman original ?
Bertall, dessinateur comique pour la presse
Une pochade illustrée parmi d’autres
Des thèmes iconographiques récurrents
La prophétie ironique de l’almanach
L’anticipation sur le Boulevard
Souvestre, moraliste saint-simonien
Une vaticination contre une doxa providentialiste
Un assemblage inédit

La dystopie, c’est l’histoire.
Les (bé)vues du passé dans la dystopie française

Chapman Wing
Émile Souvestre et les limites du réalisme historique
Les ruines futures et l’imaginaire archéologique
Henriot et le mutisme de l’artefact
Albert Robida : l’histoire comme palimpseste
La dystopie illustrée : expression de la phénoménologie historique moderne

Les futures ruines de Paris chez Méry, Dumas et Franklin.
Modalités de l’archéologie rétro-anticipative

Xavier Fontaine
Confrontation de la fiction au monde réel
Le récit comme entité iconico-verbale
Bouleversements métaphysiques

Rire des Rouges entre 1842 et 1848.
Une approche transgénérique et plurimédiatique

Françoise Sylvos
Le bestiaire des socialistes
Du topos à la dystopie
Dystopie et parodie

Une vision de la fin des arts : Robida et le futur de l’image
Sandrine Doré
Le Vingtième Siècle et ses caractéristiques éditoriales
Les arts visuels du passé au futur
Art et politique dans un monde dystopique
L’image et l’imaginaire d’un dessinateur de la fin de siècle

Un imaginaire électrique et sexuel : autour d’Albert Robida
Philippe Kaenel

Henriot, Paris en l’an 3000 : l’utopique dystopie
Julie Fäcker
Henriot, dessinateur satirique au langage truculent
Sources et filiations
La science : dérisions et démesures
Paris, l’orgueilleuse capitale

Les Villes tentaculaires d’Émile Verhaeren vues de Londres.
Les éditions illustrées par Frank Brangwyn

Clément Dessy
Verhaeren-Brangwyn : un entrecroisement belgo-britannique
La rencontre par recueils illustrés
Illustrer et commémorer

Le monde des fourmis dans l’imaginaire de la science-fiction, entre l’utopie exogène et la dystopie phobique
Natacha Vas-Deyres
Fourmis et insectes : entre aventures, utopies et science-fiction
De la dystopie à l’apocalypse

L’espace américain : du texte à l’image, de la genèse à l’apocalypse
Thibault Gardereau
Première forme : projection dans un futur sans Nouveau Monde
Deuxième forme : survivance du Nouveau Monde
Troisième forme : destruction du Nouveau Monde

Dissensions de l’image animée. L’Idée de Berthold Bartosch ou le trauma comme mode de représentation dystopique
Dick Tomasovic
Poétiser/politiser
Adapter/affranchir
Animer/expérimenter
Hanter/entraver

La pureté du martyr. La Cité dans les fers d’Ubald Paquin (1926), une dystopie hyperbolique
Jean-François Chassay
Naissance d’un roman
La Cité dans les fers ou un imaginaire de la fin
Un rapport ambivalent aux États-Unis
Personnification du fascisme
Des illustrations qui parlent du texte autrement

Figurations, défigurations : aspects de la représentation dystopique dans la littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres
Laurent Bazin
Mondes en mutation
Univers à la dérive
Codes en conflagration

Les vertiges visuels et rituels de La Grande Beuverie (1938) de René Daumal
Jérôme Dutel
L’histoire de La Grande Beuverie
Une réflexion sur la représentation visuelle
Les hypotyposes et la force des images
L’emballement descriptif et le vertige visuel
Le cycle rituel de la dystopie

Allégorie d’une termitière déshumanisée, ou Le Retour au silence.
Journal d’un homo citroënsis K.228.bis de Stéphane Hautem

Dominique Warfa et Björn-Olav Dozo
Utopie et anticipation en Belgique francophone
Étienne De Greeff critique des institutions : chrétien, médecin, criminologue et écrivain
La termitière : chromatisme et dépersonnalisation
Le choix du silence
Le contrôle social : mesures et choix illusoires
La dystopie comme annihilation de la nature humaine

Les visions noires d’un État socialiste : l’architecture comme langage critique dans Nous autres d’Evguéni Zamiatine
Katarzyna Cytlak
La structure d’un paradis cristallin
Une ville suprématiste
L’architecture de verre
Le piège de visibilité
L’horreur de l’habitat collectif
La critique d’une société communiste

Postface : Fins du monde.
Configurations et perspectives du genre dystopique

Francesco Muzzioli
Un genre difficile à délimiter
Dispositions et effets
Les marges de l’humour et de l’allégorie
Dystopies problématiques

Index
Crédits d’illustrations
Remerciements

Téléchargez le bon de commande : Flyer_Dessy_Stienon

1562_Stienon_Dessy-couv - light

Appel à contributions : Les genres du roman au XIXe siècle

Appel à contributions

Colloque

Les genres du roman au XIXe siècle

Université Paris 13, les 14-15 avril 2016

Organisatrices : Émilie Pezard (ENS-Lyon) et Valérie Stiénon (Université Paris 13-Pléiade)

 

Comité scientifique : Elina Absalyamova (Paris 13), Claire Barel-Moisan (CNRS-ENS Lyon), Christèle Couleau (Paris 13), Quentin Deluermoz (Paris 13), José-Luis Diaz (Paris 7), Jacques-David Ebguy (Paris 7), Philippe Hamon (Paris 3), Matthieu Letourneux (Paris 10), Denis Pernot (Paris 13), Émilie Pezard (ENS-Lyon/ANR Anticipation), Jean-Marie Seillan (Nice), Valérie Stiénon (Paris 13), Jean-Didier Wagneur (BnF)

 

Le xixe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman[1] » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Ces différents facteurs induisent une « spécialisation du roman[2] », c’est-à-dire une division du genre romanesque en de multiples sous-genres. Roman noir, personnel, sentimental, historique, d’aventures, de mœurs, de cape et d’épée, mondain, psychologique, scientifique ne sont que quelques-unes des catégories permettant aux contemporains de partitionner un domaine romanesque devenu immense. Cette multiplication est facilitée par la possibilité de définir un genre à partir de nombreux critères, plus ou moins pertinents. Théophile Gautier juge ainsi que le roman maritime est « une spécialité beaucoup trop étroite »: « Demain, un autre s’arrogera le monopole des romans en diligence […]. Les ports seront des auberges, et au lieu de sombrer on versera[3]. » D’autres genres ont été oubliés : qui se souvient du roman ecclésiastique ou du roman militaire ?

Alors que de nombreux travaux ont déjà permis de préciser les connaissances sur un genre particulier, nous souhaiterions porter un regard englobant et transversal sur cette division du roman en de multiples genres, qui nous semble constituer un enjeu majeur pour l’étude de la production littéraire au xixe siècle. Les genres sont en effet des catégories permettant de lire, de penser et d’écrire le roman. Ce sont des constructions historiques, qui relèvent autant de la littérature que de son commentaire : omniprésents dans les discours critiques et paratextuels, les genres structurent la perception de la production romanesque.

Du côté des lecteurs, ils contribuent à classer, hiérarchiser et interpréter les œuvres. Ils tracent la frontière entre littérature légitime et littérature populaire. Les limites entre les genres sont cependant labiles et bien des œuvres résistent à une classification univoque. Ainsi, en 1896, Le Roman en France pendant le xixe siècle place Rosny aîné dans le chapitre sur le « roman scientifique », aux côtés de Verne, alors que la réédition de 1909 préfère le classer dans le « roman psychologique ». L’attribution d’une étiquette générique à une œuvre témoigne d’une lecture particulière, susceptible d’évoluer au fil de l’histoire : lu comme un « roman frénétique » à sa parution en 1823, Han d’Islande est relu quelques décennies plus tard comme un « roman de chevalerie ». D’une lecture à l’autre, la figure de l’ogre sanguinaire s’est effacée devant le couple d’Ordener et Ethel.

Du côté des écrivains, les genres peuvent être des bannières à revendiquer ou, au contraire, des héritages à dissimuler. Eugène Sue se pose en créateur du roman maritime dans les années 1830, Paul Bourget en maître du roman psychologique dans les années 1880. Les écrivains sont ainsi amenés à définir leur position dans un jeu dialectique entre imitation et innovation, entre recherche du succès public et quête de l’approbation des critiques.

 

De nombreuses pistes d’études sont envisageables. La réflexion pourra s’appuyer notamment sur les suggestions suivantes :

  • l’évolution du système des genres : un genre peut-il traverser le siècle sans subir de transformations majeures ? Quelles hybridations peut-on observer entre les genres ?
  • les appellations génériques : dans quelle mesure l’histoire du genre peut-elle être distinguée de celle de son nom ? Les appellations peuvent-elles se succéder ou se concurrencer pour un même genre ?
  • la théorie des genres du roman : quels sont les critères de définition des genres romanesques (thématiques, formels, stylistiques…) ?
  • les genres comme outils herméneutiques : quels liens observe-t-on entre l’interprétation d’une œuvre et sa catégorisation générique ? Selon quels facteurs les classements génériques peuvent-ils évoluer ? Y a-t-il des auteurs dont les œuvres ont particulièrement suscité des difficultés de classement ?
  • la hiérarchie établie entre les genres : la « littérature de  genre » est-elle nécessairement, au xixe siècle, une littérature populaire ? Quels sont les genres que la critique reconnaît comme légitimes ?
  • le positionnement auctorial dans le système des genres : quels sont les genres que l’on revendique ? Comment un auteur justifie-t-il sa spécialisation dans un genre ? Se donne-t-il le titre d’inventeur ou s’inscrit-il dans une tradition ?
  • l’épistémologie des genres : comment étudier aujourd’hui les genres du passé ? Comment traiter les genres oubliés ? Comment éviter les écueils souvent reprochés : essentialisme, anachronisme, lecture téléologique, nominalisme ?

Les propositions de communication d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer, au format .doc ou .docx, avant le 15 septembre 2015 conjointement à Émilie Pezard (emilie.pezard@ens-lyon.fr) et Valérie Stiénon (valerie.stienon@univ-paris13.fr). Après examen des propositions par le comité scientifique, les réponses seront données dans le courant de l’automne 2015.

 

Bibliographie sélective

Études générales

Combe Dominique, Les Genres littéraires, Paris, Hachette, coll. Contours littéraires, 1992.

Diaz José-Luis (dir.), Romantisme n° 160 : Conquêtes du roman, 2013.

Fish Stanley, Quand lire, c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives, Paris, Les Prairies Ordinaires, coll. Penser/Croiser, 2007.

Gilbert Eugène, Le Roman en France pendant le XIXe siècle, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1896.

Glinoer Anthony, « Classes de textes et littérature industrielle dans la première moitié du xixe siècle », COnTEXTES, mis en ligne le 26 mai 2009.

Hamburger Kate, Logique des genres littéraires, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1986.

Huret Jules Enquête sur l’évolution littéraire [1891], Paris, José Corti, 1999.

Iknayan, Marguerite, The Idea of the Novel in France : the critical reaction, 1815-1848, Genève/Paris, Droz/Minard, 1961.

Lyon-Caen Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

Moncond’huy Dominique et Scepi Henri (dir.), Les Genres de travers. Littérature et transgénéricité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. La Licorne, 2008.

Moretti Franco, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2008.

Pellissier Georges, « Le roman », Histoire de la langue et de la littérature française, des origines à 1900, dir. Louis Petit de Julleville, Paris, A. Colin, 1896-1899, t. VII, p. 413-477.

Pergameni Hermann, « L’évolution du roman français au xixe siècle », Revue hebdomadaire des cours et conférences, 5e année, n° 19, 18 mars 1897, p. 64-87.

Reverzy Éléonore, Le roman au XIXe siècle, Paris, SEDES, coll. Campus lettres, 1998.

Schaeffer Jean-Marie, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1989.

Thérenty Marie-Ève, « Poétique historique du support et énonciation éditoriale : la case feuilleton au xixe siècle », Communication & langages, vol. 166, décembre 2010, p. 3-19. 

Études sur un genre spécifique

Artiaga Loïc, Le Roman populaire, 1836-1960. Des premiers feuilletons aux adaptations télévisuelles, Paris, Autrement, Mémoire/Culture, 2008.

Boyer Alain-Michel et Couégnas Daniel (dir.), Poétiques du roman d’aventures, Paris, Editions Cécile Defaut, Horizons comparatistes, 2004.

Boyer Alain-Michel, « Pour une typologie du roman d’aventures maritimes », Rêveries marines et formes littéraires, dir. Marie Blain et Pierre Masson, Nantes, Université de Nantes, Pleins Feux, coll. Horizons comparatistes, 2001, p. 60-75.

Bridenne Jean-Jacques, La littérature française d’imagination scientifique, Paris, G. A. Dassonville, 1950.

Constans Ellen, Parlez-moi d’amour : le roman sentimental, des romans grecs aux collections de l’an 2000, Limoges, PULIM, 1999.

Déruelle Aude et Tassel Alain (dir.), Problèmes du roman historique, Paris, L’Harmattan, 2008.

Dufief-Sanchez Véronique, Philosophie du roman personnel de Chateaubriand à Fromentin : 1802-1863, Genève, Droz, 2010.

Gendrel Bernard, Le Roman de mœurs : aux origines du roman réaliste, Paris, Hermann, 2012.

Glinoer Anthony, La Littérature frénétique, Paris, PUF, coll. Les littéraires, 2009.

Hamon Philippe et Viboud Alexandrine (dir.), Dictionnaire thématique du roman de mœurs (1850-1914), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2003.

Le Roman sentimental : actes du colloque des 14-15-16  mars 1989, Limoges, Faculté des lettres et sciences humaines, 1990.

Letourneux Matthieu, Le Roman d’aventures, 1870-1930, Limoges, PULIM, coll. Médiatextes, 2010.

Mellier Denis et Ruiz Luc (dir.), Dramaxes : de la fiction policière, fantastique et d’aventures, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, coll. Signes, 1995.

Melmoux-Montaubin Marie-Françoise, Le Roman d’art dans la seconde moitié du xixe siècle, Paris, Klincksieck, coll. Bibliothèque du xixe siècle, 1999.

Mombert Sarah, « Esquisse d’une histoire du terme “roman de cape et d’épée” », dans Duels en scène, Avignon, CERIEAS, 2005, p. 181-186.

Neiva Saulo et Alain Montandon, Dictionnaire raisonné de la caducité des genres littéraires, Genève, Droz, 2014.

Pernot Denis, Le Roman de socialisation (1889-1914), Paris, PUF, 1998.

Peyrache-Leborgne Dominique et Couégnas Daniel (dir.), Le Roman historique : récit et histoire, Nantes, Pleins feux, 2000.

Quéffelec, Lise, Le Roman-feuilleton, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1986.

Sangsue Daniel, Le Récit excentrique : Gautier, de Maistre, Nerval, Nodier, Paris, José Corti, 1987.

Seillan Jean-Marie, Aux sources du roman colonial (1863-1914). L’Afrique à la fin du XIXe siècle, Paris, Kharthala, coll. Lettres du sud, 2006.

Seillan Jean-Marie, Le roman idéaliste dans le second xixe siècle : littérature ou bouillon de veau ?, Paris, Classiques Garnier, 2011.

Seth Catriona (dir.), Imaginaires gothiques. Aux sources du roman noir, Paris, Desjonquères, coll. L’esprit des lettres, 2010.

Suleiman Susan, Le Roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, PUF, coll. Écriture, 1983.

Tadié Jean-Yves, Le Roman d’aventures (1982), Paris, Gallimard, coll. Tel, 2013.

Todorov Tzvetan, « Typologie du roman policier », Poétique de la prose, Paris, Seuil, 1971.

[1] C’est le titre de l’article de Mona Ozouf dans le numéro de Romantisme consacré aux « Conquêtes du roman » (dir. José-Luis Diaz, n° 160, 2013).

[2] Eugène Gilbert, Le Roman en France pendant le XIXe siècle, E. Plon, Nourrit et Cie, 1896, p. 403.

[3] Théophile Gautier, compte rendu d’Histoire de la marine, La Chronique de Paris, février-mars 1836, reproduit dans Eugène Sue, Romans de mort et d’aventure, éd. F. Lacassin, Laffont, coll. Bouquins, 1993, p. 1338-1339.

Colloque : Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe sicèle (Paris 13)

Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

9-10 avril 2015, Université Paris 13, Institut Galilée, salle Darwin

organisatrices : Valérie Stiénon et Elina Absalyamova

A3++lecteur.indd 

PROGRAMME

JEUDI, le 9 avril 2015
09h30-10h : Accueil des participants (petit-déjeuner et café d’ouverture)
10h00-10h30 : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13/Pléiade) Ouverture du colloque et introduction

SESSION 1 En conversation avec les vedettes
10h30-11h : Sarah Mombert (ENS Lyon/LIRE)
LE PREMIER VENU ? ÉLÉMENTS D’ANALYSE DU LECTORAT DES JOURNAUX D’ALEXANDRE DUMAS

11h-11h30 : Anaïs Goudmand (EHESS/Université de Lausanne)
LA VOIX DES OUVRIERS : LES MYSTÈRES DE PARIS, ESPACE DE DIALOGUE ENTRE EUGÈNE SUE ET SES LECTEURS ?

11h30-12h : Aïcha Salmon (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CRHXIX)
LES MYSTÈRES DU DIVORCE DÉVOILÉS PAR NOS LECTEURS. FORMES ET LIMITES DE L’AGENTIVITÉ DES LECTEURS DANS UN ROMAN-FEUILLETON DU MATIN (1908)

12h-12h30 : Discussions de la session / Déjeuner

SESSION 2 Les lecteurs si divers/diserts
14h30-15h : Laetitia Gonon (Université Grenoble Alpes)
LES VOIX DU LECTEUR DE FAITS DIVERS DANS LE JOURNAL : APPROCHE ÉNONCIATIVE

15h00-15h30 : Amélie Chabrier (Université de Nîmes/RIRRA 21)
« CE QUE LE FACTEUR M’A APPORTÉ ! » TIMOTHÉE TRIMM ET SES LECTEURS

15h30-16h : Saliha Aklouf (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
LES LECTEURS DE JEAN DIABLE

16h-16h20 : Discussions de la session
16h20-16h40 : Pause-café

SESSION 3 : Paraître et se parer
17h10-17h40 : Corina Sandu (Université Wilfrid Laurier)
« MAIS VENONS À NOTRE SUJET FAVORI ET PARLONS CHIFFONS » : LES VOIX DU LECTEUR DANS LE DISCOURS DE LA PRESSE SUR LE VÊTEMENT

17h40-18h10 : Ramla Bedoui (Université Paris 4 Sorbonne)
MALLARMÉ EN JOURNALISTE ? DE LA THÉORIE DANS LA CORRESPONDANCE ET DANS DIVAGATIONS
À LA PRATIQUE DANS LA DERNIÈRE MODE

18h10-18h30 : Discussions de la session / Repas du soir

VENDREDI, le 10 avril 2015
09h30-10h : Petit-déjeuner et café de reprise

SESSION 4 : Économies de la parole
10h-10h30 : Guillaume Pinson (Université Laval)
LECTEURS SILENCIEUX ET LECTEURS BAVARDS DANS LA PRESSE ILLUSTRÉE : L’OEUVRE DES MIROIRS DÉFORMÉS ET DES ENREGISTREMENTS INFIDÈLES

10h30-11h : Valérie Stiénon (Université Paris 13/Pléiade)
LECTEURS TRUQUÉS : SUR LA FABRIQUE MÉDIATIQUE DU LECTORAT AU XIXE SIÈCLE

11h-11h30 : Alexia Vidalenche (Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3/ANR LittéPub)
LA RÉCLAME RÉVÉLATRICE DE L’INFLUENCE DES LECTEURS SUR LES STRATÉGIES ÉDITORIALES ET ÉCONOMIQUES DES PETITES REVUES FIN-DE-SIÈCLE

11h30-12h : Discussions de la session / Déjeuner

SESSION 5 : Échos fin-de-siècle
14h-14h30 : Caroline Crépiat (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand/CELIS)
LA VOIX DU LECTEUR DANS LE CHAT NOIR : UNE VOIX « RÉFLEXE »

14h30-15h : Elina Absalyamova (Université Paris 13/Pléiade)
« NOTRE TÉLÉPHONE », UNE RUBRIQUE DE LA RIVE GAUCHE ET DE LUTÈCE EN TANT QUE CHAMBRE D’ÉCHO

15h-15h20 : Discussions de la session
15h20-15h40 : Pause-café

SESSION 6 : Lector, actor
15h40-16h10 : Alexia Kalantzis (Universités de Cergy-Pontoise et Versailles-Saint-Quentin/CHCSC)
LA CONSTRUCTION DE LA FIGURE DU LECTEUR DANS LES PÉRIODIQUES ARTISTIQUES ET LITTÉRAIRES FIN-DE-SIÈCLE

16h10-16h40 : Fatima Seddaoui (Université de Toulouse-Jean Jaurès/LLA-CREATIS)
CHOSES VUES : SOUVENIRS, JOURNAUX, CAHIERS : 1830-1885, VICTOR HUGO. LA VOIX DU LECTEUR

16h40-17h : Discussions de la session

17h-17h30 : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13/Pléiade) Conclusions du colloque

ARGUMENTAIRE
Le XIXe siècle est assurément l’âge de la lecture. Traversé par un double mouvement d’alphabétisation et de croissance démographique, il voit le lectorat s’étendre à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Dans les foyers, les cafés, les cercles et les cabinets de lecture, c’est l’imprimé à diffusion périodique qui attire à lui l’essentiel de ce nouveau public. Le journal offre une alternative majeure au livre, moins coûteuse et plus accessible. Plus immédiate, aussi, puisqu’il construit avec ses destinataires un système d’adresses et de réponses autour de l’actualité socioculturelle. Du courrier des lecteurs au droit de réponse, en passant par la causerie, le badinage, la note et la lettre ouverte, variés sont les moyens dont il dispose pour donner, réellement ou fictivement, la parole à ses lecteurs.

Plus qu’une figure de récepteur à émouvoir, éduquer ou moraliser, le lecteur devient véritablement une « voix » qui investit les nouveaux espaces d’expression de la civilisation du journal alors en constitution en France. Commenter les faits divers, orienter l’intrigue du roman-feuilleton et réagir à la parution d’une oeuvre deviennent autant d’initiatives accessibles au plus grand nombre. En associant l’étude des imaginaires médiatiques à la poétique du support et à l’histoire culturelle, ces deux journées ont pour objectif d’éclairer les rôles et les statuts du lectorat tels qu’ils sont décelables dans la textualité du journal. Que nous apprend celle-ci sur la participation des lecteurs au dialogue créatif avec les producteurs, à la configuration des genres, à la promotion des oeuvres, aux définitions de l’écrivain en régime médiatique ?

CONTACT
Elina Absalyamova : elina.absalyamova@iutsd.univ-paris13.fr
Valérie Stiénon : valerie.stienon@univ-paris13.fr

Parution: Études littéraires vol. 45, 2 “Montréal, Paris, Marseille : la ville dans la littérature et le cinéma contemporains

Vient de paraître

Montréal, Paris, Marseille :

la ville dans la littérature et le cinéma contemporains.

Plus vite que le coeur des mortels

vol. 45,2 – été 2014

sous la direction d’Émilie Brière et de Pierre Popovic

Communiqué de sortie-électronique 45.2

 

Depuis quelque trente ans, des changements profonds ont bouleversé tous les aspects de la ville. Qu’il soit écrivain ou réalisateur de film, le créateur est par excellence celui qui, par une intervention dynamique sur les mots et les représentations, cherche à lire et à interpréter le mouvement des choses et les changements qui les affectent, de sorte que la littérature et le cinéma témoignent éloquemment de ce cortège de mutations. L’hypothèse première de ce numéro d’Études littéraires, dont l’intitulé « Plus vite que le coeur des mortels » met au pluriel démocratique une expression de Baudelaire, poète de la ville moderne s’il en fut, est que les textes littéraires et les films de cinéma ont offert des réponses multiples et complexes à ces bouleversements récents de la ville et de l’urbanité. L’objectif de ce dossier est de mieux comprendre comment les textes et les productions cinématographiques donnent sens aux changements en cours, de quelle manière ils interagissent avec l’imaginaire social contemporain, comment ils lisent le devenir de ces trois villes et, quelquefois, parviennent à leur inventer des réserves d’avenir. Les études composant ce dossier se donnent pour terrain de jeux une belle variété de textes narratifs et de films qui, depuis une trentaine d’années, ont traité de trois villes particulières : Montréal, Paris, Marseille. Chaque ville est traitée par quatre études, trois portant sur la littérature, une sur le cinéma. Transportant ainsi le lecteur dans une grande diversité d’univers littéraires (Nelly Arcan, Michael Delisle, Bernard Émond, Gabriel Landry, Martine Sonnet, Jean Rolin, Julián Ríos, Jean-Claude Izzo, Frédérique Valabrègue et Gilles Ascaride) et cinématographiques (les films Cosmos et Night and Day, ainsi que le cinéma politique de Robert Guédiguian), cette nouvelle parution d’Études littéraires nous montre l’évolution urbaine récente comme un grand moteur de création.

 

SOMMAIRE

 

PRÉSENTATION

  • RÉGINE ROBIN, Pour un imaginaire grand parisien

 

ÉTUDES

 

MONTRÉAL

  • GILLES DUPUIS, Arcanes de Montréal. La métropole dans les romans de Nelly Arcan
  • MICHEL BIRON, L’intérêt romanesque de la banlieue chez Michael Delisle
  • MICHELINE CAMBRON, Vivre et écrire Hochelaga
  • SIMON HAREL, Sur la banquette arrière d’un taxi montréalais. À propos de Cosmos (1996)

 

PARIS

  • ÉMILIE BRIÈRE, Martine Sonnet et le Montparnasse monde : « un petit écosystème dans la symbiose générale »
  • SARAH SINDACO, La Clôture de Jean Rolin. Le territoire circumparisien : entre ironie et mélancolie
  • ANDRÉ HABIB, En terrains connus ou « choses vues » dans Paris : Night and Day (2008) de Hong Sang-soo
  • LAURA SHINE, Dédales, carrefours et coïncidences. Paris et la mémoire dans Pont de l’Alma de Julián Ríos

 

MARSEILLE

  • BERNABÉ WESLEY, Chourmo, la nostalgie d’un autre présent
  • AMÉLIE DORAIS ET PIERRE POPOVIC, Les mots et les maux de Marseille. La Ville sans nom de Frédéric Valabrègue
  • MARION FROGER, Par la porte intime du paysage marseillais : le cinéma politique de Robert Guédiguian
  • PIERRE POPOVIC, En rade : les descendants du chiffonnier. Lire Gilles Ascaride

 

ANALYSE

  • JONATHAN LIVERNOIS, Le Papineau de Louis Fréchette : l’exproprié de l’histoire

 

Revue Études littéraires

Département des littératures, Pavillon Charles-De Koninck

1030 avenue des Sciences-Humaines

Université Laval, Québec (Québec), Canada G1V 0A6

(418) 656-2131 poste 7844

www.etudes-litteraires.ulaval.ca

revueel@lit.ulaval.ca

facebook.com/etudeslitt

 

Diffusion en France et en Europe :

Presses de l’Université Paris-Sorbonne

Maison de la recherche

28, rue Serpente

75006 – Paris

pups.paris-sorbonne.fr

© 2015 Université Laval

Tous droits réservés. Imprimé au Canada

Dépôt Légal — 1er trimestre 2015 28, rue Serpente

Bibliothèque nationale du Québec

ISSN : 0014-214X ; ISBN : 978-2-920949-55-3 ; ISBN PDF : 978-2-920949-56-0

Parution: COnTEXTES, n°15, “Des vies à l’oeuvre. Socialisation et création littéraire” (sous la direction de Frédérique Giraud et d’Émilie Saunier)

« Des vies à l’œuvre. Socialisation et création littéraire »

(revue COnTEXTES, n° 15)

Sous la direction de Frédérique Giraud et d’Émilie Saunier

février 2015, ISSN 1783-094X

 

Résumé

Ce numéro invite à reposer la question des manières d’analyser la création littéraire d’un point de vue sociologique. La focale choisie est celle des (r)apports contextuels entre la vie et les œuvres qu’il s’agit d’aborder dans une perspective dialectique afin de saisir les manières plurielles dont se nouent des liens entre des vies (celles d’un auteur, celles d’un groupe d’auteurs) et leurs œuvres. Le dossier invite d’abord à interroger les processus socialisateurs menant un individu à un moment donné de sa biographie à se tourner vers l’écriture, à analyser les modalités de sa pratique littéraire et les façons plurielles dont il peut jouer le jeu de la littérature (de façon occasionnelle, ludique ou encore professionnelle). Ce faisant, le point de vue se porte sur la façon dont se nouent les diverses expériences socialisatrices des auteurs en « amont » du jeu littéraire (permettant d’expliquer par exemple leur venue à l’écriture et à la publication) et en son sein (éclairant par exemple leurs prises de position littéraires). Il s’agit donc d’observer comment la vie produit et façonne l’œuvre. Dans le même temps, il importe de penser la littérature comme une pratique et une expérience sociale qui agit sur les écrivains et la société en général. Les questions que se posent les auteurs sont à la fois épistémologiques et méthodologiques. Quels outils, quelle(s) échelle(s) d’analyse et quels types de données mobiliser pour tenter de rendre raison des pratiques de création littéraire et de leurs effets sur le social ? De quelles façons la création littéraire peut-elle constituer pour un auteur un terrain de déchiffrage et de travail d’expériences sociales marquantes ? Comment la littérature et les conduites de vie tenues pour littéraires peuvent-elles représenter des instruments collectifs de façonnage des identités sociales et professionnelles ?

 

L’intégralité du numéro est accessible en ligne gratuitement à l’adresse : http://contextes.revues.org/6014

 

Sommaire