Colloque « Bande dessinée et engagement », ULB, 23-25 octobre

À peine entamée, la deuxième décennie du XXIe siècle a vu la production BD francophone porter un intérêt manifeste et renouvelé à l’actualité sociale, économique, politique, culturelle et religieuse, locale ou internationale, passée ou présente, avec le souci tout aussi explicite d’en rendre compte de manière critique. Cette pratique est largement partagée au sein du champ éditorial concerné et peut être interprétée comme un signe supplémentaire de l’accession à un stade véritablement « adulte » du mode d’expression en question. Tout comme la littérature, la bande dessinée est désormais susceptible d’évoquer n’importe quel sujet et, corollairement, de se montrer ouverte sur le monde dans sa complexité. Sans renier ses origines fictionnelles, humoristiques ou aventurières, la bande dessinée s’ouvre aussi aux autres médias, flirte avec le « nouveau » journalisme, intègre la photographie, s’empare des récits de témoignage, se veut tour à tour caricature, reportage, documentaire, pamphlet…

À toutes les époques, mais avec une variabilité inhérente aux contextes, l’écrivain s’est impliqué par ses écrits dans les débats sociétaux. C’est avec l’affaire Dreyfus et plus encore la position sartrienne maximaliste que l’on observe une focalisation et un réinvestissement tout particulier de la problématique. Mais, tant en littérature qu’en bande dessinée, l’engagement n’est pas qu’une question de contenu. Il concerne tout autant la forme de l’écrit et interroge le style, les genres et les supports.

« L’écriture est un acte de solidarité historique, [….] elle est le rapport entre la création et la société, elle est le langage littéraire transformé par sa destination sociale », écrivait Roland Barthes. Faisant sienne cette citation, le présent colloque a pour ambition d’interroger les postures d’auteurs dits « engagés » et de faire le point sur une production pléthorique qui allie les genres les plus divers – des comics au BD-reportage, en passant par le feuilleton de presse ou le graphic novel – et qui affiche les styles les plus diversifiés – de la ligne claire à la ligne froide, en passant par le détournement ou le pastiche selon des rhétoriques qui empruntent à tous les arts. Les supports – albums et journaux –, labels et collections ne pouvaient échapper au questionnement, pas plus que le spectre large des thématiques envisagées et les détours esthétiques qu’empruntent les idéologies dans la littérature graphique ou les discours critiques.

Une table ronde publique envisagera les mêmes questionnements, parallèlement au colloque, en réunissant plusieurs acteurs du champ de la bande dessinée : auteurs, éditeurs, diffuseurs et critiques.

Evénement organisé par l’Université libre de Bruxelles, l’Université Catholique de Louvain, l’Université de Liège et l’a.s.b.l « Lire, apprendre, étudier avec l’image et le texte », avec le soutien du FNRS, de la Wallonie, des Facultés de Philosophie et Lettres de l’ULB et de l’ULg, de L’INCAL  et du GRIT, de l’Ambassade d’Argentine et du service culturel de l’Ambassade de Pologne.

Comités scientifique et organisateur

Maaheen Ahmed (Université Catholique de Louvain), Stéphanie Delneste (Université Catholique de Louvain), Björn-Olav Dozo (Université de Liège), Fabrice Preyat (FNRS – Université libre de Bruxelles), Florie Steyaert (Université Catholique de Louvain), Jean-Louis Tilleuil (Université Catholique de Louvain).

23 octobre 2013

9h30          Accueil des participants

Allocutions de bienvenue

 9h45          Björn-Olav Dozo, Fabrice Preyat, Jean-Louis Tilleuil

Introduction et état de la question

Pause

Thèmes

10h15        Laurent Bozard

Haute École de la Province de Liège

Mort pour la patrie, ressuscité pour la planche. Le soldat inconnu en BD

 10h45        Sophie Milquet

Université libre de Bruxelles

La guerre de Bosnie en bande dessinée : expression humanitaire et engagement

11h15        Mohamed Abdelmoula

Institut supérieur des études appliquées aux humanités de Gafsa – Université de Sfax

La « nouvelle vague » des bédéistes dans la Tunisie postrévolutionnaire

Discussion – Déjeuner

 13h30        Vincent Marie

Université de Montpellier III

Bande dessinée, immigration et engagement

 14h00        Éric Dacheux

Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

La BD : un moyen de lutter contre les stéréotypes racistes ?

 14h30        Florie Steyaert

Université Catholique de Louvain – grit

Un autre « combat ordinaire » ? La violence quotidienne en bande dessinée

Discussion – Pause

Politique et idéologie

15h15        Jean-Maurice Rosier

Université libre de Bruxelles

Essai sur le discernement matérialiste

 15h45        Tomasz Swoboda

Université de Gdansk

Pour « le meilleur des mondes » : la bande dessinée en Pologne à l’époque stalinienne

 16h15        Haud Méline

Académie de Reims

Peyo, les Schtroumpfs : une fausse utopie ?

 Discussion – Clôture des travaux – Dîner

24 octobre 2013

Figures

9h00          Philippe Delisle

Université de Lyon III – larhra

Les pères de la BD belge : témoins de leur époque ou auteurs engagés ? Le cas de Jijé

 9h30          Benoît Glaude

Université Catholique de Louvain – grit

Autour de Pierre Bailly : expériences d’engagement dans la bande dessinée jeunesse en Belgique

 10h00        Pablo Turnes

Universidad de Buenos Aires

Cthulhu ou la mort de la bande dessinée selon Alberto Breccia

 10h30        Alain Demarco

Université de Nice Sofia Antipolis

Davodeau et le questionnement du réel

Discussion – Pause

Genres (1) / Bande dessinée, journalisme et témoignage

11h30        Philippe Marion, Benoît Grevisse

Université Catholique de Louvain

BD-reportage : une nouvelle forme de journalisme ou un danger ? (1)

 12h00        Sarah Sepulchre, Marie Vanoost

Université Catholique de Louvain

BD-reportage : une nouvelle forme de journalisme ou un danger ? (2)

 Discussion – Déjeuner

 14h15        Benoît Berthou

Université de Paris XIII

Contre-reportage et photojournalisme : la dimension critique de l’engagement en bande dessinée

 14h45        Adrien Genoudet

Université de Paris VIII

L’image photographique redessinée : l’engagement documentaire, historique et artistique au service de la mémoire cambodgienne

 Discussion – Clôture des travaux

 17h30        Table ronde : BD et engagement aujourd’hui

25 octobre 2013

Supports

9h00          Laurence Grove

Université de Glasgow

« Chaque maison doit en avoir une » : l’engagement de la femme dans la BD de presse catholique des années 1950

 9h30          Matthew Screech

Manchester Metropolitan University

Tintin au pays du canard. Le héros de Hergé réinventé par les bandes dessinées de la presse politique dans les années 1950 et 1960

Discussion – Pause

Genres (2) / Comics

10h30        Jean-Matthieu Méon

Université de Lorraine (Metz) – crem

La politique sans l’engagement ? Commentaire politique et work-for-hire dans la bande dessinée anglo-saxonne mainstream contemporaine

 11h00        Christophe Dony

Université de Liège

L’engagement au second degré : poétique et politique de démarcation au sein du label Vertigo

Discussion – Pause  

Style

11h45        Olivier Odaert

Université Catholique de Louvain – GRIT

Le style de l’engagement

 12h15        Thomas Becker

Hochschule für Bildende Künste (Braunschweig)

Politique des auteurs comme politique de la ligne froide (Chris Ware)

Discussion – Déjeuner

 14h30        Jean-Louis Tilleuil

Université Catholique de Louvain – GRIT

Le Combat ordinaire (Manu Larcenet, 2003-2008) ou l’engagement comme système

 15h00        Maaheen Ahmed

Université Catholique de Louvain – GRIT

C’était la guerre des tranchées et Valse avec Bachir : deux exemples de la réécriture/revisualisation des guerres

Discussion – Pause

 16h00        Sabrina Messing

Université de Lille III – alithila

L’engagement par le rire dans Gaston Lagaffe et Mafalda

 16h30        Véronique Bragard

                    Université Catholique de Louvain – GRIT

Quand l’ordure envahit la planche : le paradigme du déchet dans la bande dessinée

 17h15        Conclusions du colloque


Vous aimerez aussi...