Parution : François Provenzano, Vies et mort de la francophonie

Vies et mort de la francophonie

Une politique française de la langue et de la littérature

François Provenzano

L’ouvrage

La « francophonie » fut un aspect clé de la politique culturelle de la France, voire de sa politique tout court. Mais le terme est vague, s’est prêté à de nombreux usages et à de multiples interprétations, a suscité autant de passions que d’agacements, tandis qu’il semble aujourd’hui évincé par le discours sur l’identité nationale. Le présent ouvrage dresse le constat de cette « mort » et parcourt les différentes « vies » qui la précèdent.

En particulier, l’auteur livre une image sans fard des discussions sur les littératures en langue française écrites en d’autres pays que la France, de la Belgique à la Suisse, du Maghreb au Québec, en proposant un double parcours. Historique d’abord : le livre examine l’origine et les avatars du concept de francophonie, chez des auteurs comme Remy de Gourmont, Jean-Paul Sartre ou Léopold Sédar Senghor. Critique et politique ensuite : à chaque étape, l’auteur éclaire ces discours sur la langue et la littérature d’une lumière qui en révèle les présupposés, les enjeux profonds et les implications idéologiques, depuis les ouvrages du géographe Onésime Reclus, qui accompagnent les débuts de l’entreprise coloniale française, jusqu’au fameux discours de Dakar de Nicolas Sarkozy en 2007. Ce double parcours se construit au fil d’une argumentation serrée et d’un commentaire approfondi des textes qui ont façonné l’idée francophone, depuis la période coloniale jusqu’au développement actuel des études francophones à l’université.

Ce livre prend ainsi position dans le débat fondamental sur la place de la France dans l’ère de la mondialisation, où l’usage de la langue française ne va plus de soi et où la littérature française a perdu le privilège d’universalité qu’elle a longtemps revendiqué. À ce titre, il s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des représentations sur la langue et la littérature. Mais il s’inscrit aussi pleinement dans le champ des études littéraires, en proposant des nouvelles manières de concevoir le discours critique sur les littératures dites « francophones », trop souvent imprégnées d’un vieux fonds d’humanisme lyrique et d’un exotisme de bon aloi. Il intéressera ainsi les littéraires soucieux d’élucider les enjeux politiques propres à leur discipline et de mieux comprendre la rhétorique d’un savoir construit sur le fait culturel francophone.

Le livre comporte une bibliographie, un index des noms et un index thématique.

L’auteur

François Provenzano travaille à l’université de Liège. Ses domaines de spécialisation sont la rhétorique des discours théoriques et l’histoire sociale des discours. Il anime le groupe et la revue COnTEXTES et a co-dirigé le volume La Fabrique du Français moyen : productions culturelles et imaginaire social dans la France gaullienne (1958-1981), paru en 2009 (Bruxelles, Le Cri).


Vous aimerez aussi...