Lumières sur l’horreur en littérature : qu’est-ce que le « frénétique » ?

Le groupe COnTEXTES a le plaisir de vous inviter à un duo de conférences ayant pour thème « Lumières sur l’horreur en littérature : qu’est-ce que le « frénétique » ?

Prendront la parole :

Anthony Glinoer (Université de Toronto), « La littérature frénétique par le prisme de la sociologie du littéraire »

et

Émilie Pezard (Université Paris-Sorbonne), « Le genre frénétique, l’envers noir du romantisme français »

L’événement aura lieu le mardi 26 octobre, de 11h à 13h à l’Université de Liège, à la Salle de l’Horloge (Place du Vingt-Août, bâtiment central, Aile des Jésuites, 2e entresol)

Invitation cordiale à tous !

ARGUMENT

Charles Nodier invente en 1821 le terme « frénétique » pour désigner une littérature noire développant les thématiques de l’horreur. Loin d’être provisoire, cette étiquette générique fait référence à des thèmes et à des motifs qui ont abondamment influencé la littérature française.

Que nous apprennent l’usage de ce nom générique au XIXe siècle et ses différentes reprises par la critique et les études littéraires ? Faut-il établir des différences entre le roman noir du XVIIIe siècle, le roman gothique d’Ann Radcliffe et le roman frénétique ? Quelle extension donner à cette littérature que, de Sade à la collection « Fleuve noir », on pourrait prolonger jusqu’à la production contemporaine, à travers diverses résurgences ?

Anthony Glinoer, auteur d’un premier ouvrage théorique d’ampleur sur le sujet (La Littérature frénétique, Paris, PUF, coll. « Les littéraires », 2009), et Émilie Pezard, chercheuse préparant une thèse de doctorat sur le genre frénétique à l’Université Paris-Sorbonne, animeront cette double conférence qui sera l’occasion de préciser la définition du genre et de s’interroger sur les classements normatifs qu’implique le regroupement de cet ensemble de textes.


Vous aimerez aussi...