Parution : Le tournant des années 1970. Liège en effervescence

Le tournant des années 1970. Liège en effervescence
Collectif. Sous la direction de Nancy Delhalle et Jacques Dubois, avec la collaboration de Jean-Marie Klinkenberg.
Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, coll. « Réflexions faites », mars 2010.
Communiqué de l’éditeur :

LE LIVRE
Durant les années 1970, la vie culturelle connaît à Liège une ébullition extraordinaire. Du Conservatoire
à la RTB-Liège, du Cirque Divers aux Grignoux et à l’Université, on voit des institutions, des groupes
improvisés, des animateurs polariser cette effervescence. Des créateurs apparaissent – Pousseur,
Charlier, Lizène, les Dardenne, Delcuvellerie, Houben… – qui déjà marquent l’époque de leur
empreinte.
Collectif, le présent ouvrage se veut une histoire vivante de cet épisode foisonnant. Il relie celui-ci aux
événements sociaux qui ont préparé ou marqué les années en cause. La décennie 1970 s’inscrit à Liège
dans la mouvance des grèves de 1960 en Belgique, dans celle de mai 68 et dans un mouvement de luttes
auquel artistes et intellectuels furent associés.
L’héritage des années 70 n’a pas fini d’enrichir la vie culturelle d’aujourd’hui. Ce sont aussi ces
transmissions que l’ouvrage interroge.
LES AUTEURS
Jacques Dubois est professeur émérite de l’université de Liège. Il est l’auteur de Pour Albertine. Proust et le
sens du social (Seuil, 1997), Les Romanciers du réel (Seuil, 2000), Stendhal. Une sociologie romanesque (La
Découverte, 2007).
Nancy Delhalle est chargée de cours à l’Université de Liège où elle enseigne l’histoire et l’analyse du
théâtre. Elle est l’auteure de Vers un théâtre politique. Belgique francophone 1960-2000, Le Cri / CIEL – ULBUlg,
2006.
Jean-Marie Klinkenberg est professeur à l’Université de Liège et membre du Groupe μ. Ses travaux
portent sur la rhétorique, la sémiotique, la linguistique et les cultures francophones. Il a récemment
publié Petites mythologies belges (Les Impressions Nouvelles, 2009).
Attachée de presse
Viviane Vandeninden
vivi.van@dataconsult.be
Collectif – Sous la direction de Nancy
Delhalle et Jacques Dubois – Avec la
collaboration de Jean-Marie Klinkenberg
Le tournant des années 1970
Liège en effervescence
Essai
Collection Réflexions faites
336 pages
seize pages en quadrichromie
17 x 24 cm
ISBN : 978-2-87449-088-0
29, 50 €
Parution : mars 2010
Le Tournant des années 1970, Liège en effervescence
OUVRAGE COLLECTIF
Sous la direction de Nancy Delhalle et de Jacques Dubois et avec la collaboration de Jean-Marie
Klinkenberg.
AVEC LES CONTRIBUTIONS DE :
Danielle Bajomée, Julie Bawin, Jean-Pierre Bertrand, Ludo Bettens, Pascal Durand, Michel
Fourgon, Pierre Frankignoulle, Éric Geerkens, Geoffrey Geuens, Tanguy Habrand, Françoise
Lempereur, Marc-Emmanuel Mélon, Philippe Schoonbrood, Laura Van Brabant.
INTRODUCTION : GÉNIE DU LIEU, GÉNIE DU TEMPS
JEAN-PIERRE BERTRAND
Jean-Pierre Bertrand reprend la notion de “génie du lieu”, concept
théorisé et développé par Michel Butor, pour rendre compte de la
fascination que suscite la Cité Ardente et de la présence d’un certain
esprit liégeois. Toutefois, cet esprit particulier, frondeur, contestataire,
empreint d’aspirations libertaires, ne peut s’appréhender que par
rappport à la période dans laquelle il plonge ses racines.
CHAPITRE 1 : SAVOIRS ET CONTRE-POUVOIRS
JEAN-MARIE KLINKENBERG
De nouveaux savoirs, notamment dans le champ des sciences humaines (sociologie,
structuralisme) engendrent des contre-pouvoirs. Jean-Marie Klinkenberg examine ces
imbrications complexes au sein du contexte socioculturel liégeois. Alors que le Groupe μ jette les
bases de la science sémiotique en 1970 avec Rhétorique générale, la naissance d’une section
“Commu” à l’Université de Liège sonne le glas du cloisonnement des savoirs. De son côté, le
CTL (acronyme de Culture-Tourisme-Loisirs) signe des publications militantes et se positionne
d’emblée en moteur pour les forces alternatives en présence. Tous ces mouvements favorisent
l’éclosion de la modernité à Liège, marquée par une effervescence culturelle sans précédent.
CHAPITRE 2 : LA CAUSE DES FEMMES
DANIELLE BAJOMÉE
Le mouvement féministe, caractérisé par une exigence d’émancipation, se développe de manière
particulièrement affirmée à Liège. Théâtre de manifestations féministes, notamment en faveur de
la dépénalisation de l’avortement, la Cité Ardente voit éclore de nombreuses initiatives en faveur
d’une nouvelle conception de la femme. De la création de la Maison des Femmes au café du
même nom, le féminisme liégeois dans les années 1970 connaît un essor vivace.
CHAPITRE 3 : DES OCCUPATIONS D’USINE À LA MÉDIATISATION CULTURELLE
LUDO BETTENS ET ÉRIC GEERKENS
Cockerill-Sambre évoque, à elle seule, l’ampleur des luttes ouvrières et des grèves sauvages
devenues indissociables, dans l’inconscient collectif, de la représentation du bassin liégeois. Mais
il y eut bien d’autres lieux de lutte dans la même région avec, en plus d’un cas, menace de
fermeture des lieux de travail. Les conflits sociaux des années 1970 revêtent des formes
originales : occupations d’usines, pratiques autogestionnaires et médiatisation culturelle de la
conflictualité, notamment par une création artistique (documentaires filmés, chansons de lutte,
pièces de théâtre…) directement issue des conflits sociaux.
CHAPITRE 4 : MÉDIAS : DÉLOCALISATION, INNOVATION, RECONVERSION
GEOFFREY GEUENS
Face à l’hégémonie de la capitale en termes d’influence de l’industrie médiatique, Liège n’a de
cesse d’affirmer son identité et de déployer des stratégies pour asseoir sa spécificité médiatique.
La révolution des radios dites libres, le processus de création d’une télévision locale
communautaire (RTC), la naissance des studios télé du Centre régional de la RTB-Liège sont
autant d’événements emblématiques qui permettent de retracer l’histoire des médias en région
liégeoise. La presse écrite, dont la période d’expansion est bien terminée, n’est pas oubliée.
CHAPITRE 5 : TÉLÉVISIONS LOCALES ET COMMUNAUTAIRES
MARC-EMMANUEL MÉLON
Le contexte audiovisuel liégeois est régi dans les années 1970 par des initiatives novatrices, au
travers de la création de télévisions locales et communautaires. RTC (Radio–Télévision–Culture),
filiale du Centre de la RTB Liège, se voit ainsi transformée en télévision locale proposant à des
associations culturelles ou des maisons de jeunes de diffuser leurs propres programmes. Mais en
1980, des problèmes financiers et institutionnels aboutissent au licenciement collectif du
personnel de RTC. Cinq ans plus tard, elle se sépare de la RTBF et devient RTC Télé–Liège,
consacrée à l’information locale. Canal Emploi, autre télévision communautaire liégeoise créée en
1977, se destine pour sa part à favoriser la réinsertion professionnelle des chômeurs. Dotée d’un
budget cinq fois plus important que celui de RTC dans les années 1980, elle se lance dans la
formation à distance et crée Médiaform, structure de production vidéo autonome.
CHAPITRE 6 : CINÉMA ET VIDÉO : UTOPIE ET RÉALITÉ
MARC EMMANUEL MÉLON
La tradition cinématographique liégeoise cristallise, dans les années 1970, une
pléthore d’initiatives placées sous le signe de l’utopie et de l’inventivité
débridée. La vidéo connaît alors un étonnant essor, qu’elle soit documentaire
et militante (les Dardenne) ou artistique (Nyst, etc). L’émission Vidéographies lui
apporte son soutien et fait connaîtrre à Liège toute une production
internationale. À partir de quoi se pose l’épineuse question de l’identité
liégeoise en termes de production cinématographique.
CHAPITRE 7 : THÉÂTRE : CROISEMENTS ENTÊTÉS AVEC LE POLITIQUE
NANCY DELHALLE
La vie théâtrale liégeoise est vivifiée, dans les années septante, par un souffle impertinent et
subversif qui entend balayer les préceptes théâtraux séculaires. Le Théâtre de l’Étuve,
l’articulation entre théâtre et institution universitaire, les diverses orientations prises par le
Festival du Jeune Théâtre constituent autant de points d’entrée de l’analyse de l’effervescence
théâtrale dans la Cité Ardente. Si cette période faste lègue un héritage artistique, force est de
constater que la phase d’institutionnalisation fait défaut.
CHAPITRE 8 : MUSIQUE : LA DÉCENNIE TURBULENTE
MICHEL FOURGON
Durant les années 1970, la Cité Ardente se forge une solide réputation dans le domaine musical,
dont Henri Pousseur constitue la figure de proue. Associée à ce nom, la production musicale
liégeoise développe une image novatrice, prospective, avant-gardiste. Les événements émaillant
cette époque, tels la création du Centre de Recherches Musicales de Wallonie, la mise en place de
grandes manifestations destinées à un large public (le “Midi-Minuit”), la nomination de Pousseur
à la direction du Conservatoire, sont emblématiques de l’esprit “turbulent” qui secoue alors la vie
musicale liégeoise.
CHAPITRE 9 : MUSIQUES POPULAIRES : SARABANDE DE MÉTÉORITES
PHILIPPE SCHOONBROOD
Les années 1970 liégeoises sont le théâtre de nombreuses initiatives dans le domaine musical,
liées à un décloisonnement de la musique populaire et à la montée d’un goût universel. Cette
période voit ainsi apparaître le mouvement des radios libres, mais aussi une création musicale
spontanée portée par “Woodstock”, suivie d’un mouvement punk hors normes. Parallèlement, le
Festival de Jazz de Comblain-la-Tour, qui se tient entre 1959 et 1969, et les clubs de jazz du Liège
des années 1970 font la renommée de la Cité Ardente.
CHAPITRE 10 : ARTS PLASTIQUES : LIEUX UNIQUES, CRÉATION MULTIPLE
JULIE BAWIN
La situation artistique à Liège dans les années 1970 est
profondément liée au mouvement contestataire de l’époque, au
travers notamment du situationnisme. Les artistes abandonnent
l’abstrait pour lier l’art et la vie. Le néo-dadaïsme et l’art sans
talent s’expriment dans la galerie Yellow Now. L’alliance du
texte et de la photographie tend quant à elle vers un art narratif
tandis que Jacques Charlier se fait le porte drapeau d’un art
conceptuel chargé de dérision et incite à la découverte de l’art vidéo. Jacques Lizène et d’autres
imposent un art de la dérision. Il faut toutefois attendre la création de galeries pour que s’établisse
un lien entre ce foisonnement artistique et les sites d’exposition;
CHAPITRE 11 : URBANISME : UNE POLITIQUE DE LA VILLE
PIERRE FRANKIGNOULLE
Les années 1970 voient Liège faire l’objet de projets de réaménagement liés à la pression
automobile croissante. Mais la tendance modernisatrice de ces plans et la méthode de tabula rasa
prisée par les autorités est fortement contestée par une population qui assiste impuissante. Les
démolitions se succèdent, emportant avec elles la Place Saint-Lambert et offrant une triste image
de la ville. Autres grands chantiers de l’époque : la création de l’Université au Sart Tilman et la fin
des travaux d’installation des habitations sociales de Droixhe.
CHAPITRE 12 : LITTÉRATURE : ENTRE INSULARITÉ ET ACTIVISME
JEAN-MARIE KLINKENBERG
À la conviction que Liège possède une identité propre à exprimer se superpose une aspiration
indéfectible au tropisme du centre parisien. Les générations d’écrivains se succèdent, profitant
des gloires antérieures auxquelles elles se rattachent pour s’imposer. Deux figures tutélaires
marquent l’époque : celle du pataphysicien André Blavier et celle du fin poète Jacques Izoard.
CHAPITRE 13 : ÉDITION : INDUSTRIELS ET AVANT-GARDISTES
PASCAL DURAND ET TANGUY HABRAND
Dans les années 1970, le déclin de l’imprimerie industrielle liégeoise s’accompagne de l’ascension
de quelques éditeurs. Aux petites structures plus ou moins performantes (dont Yellow Now reste
l’une des figures les plus emblématiques) font face deux édifices éditoriaux importants : Mardaga
et Marabout, éditeurs reconnus de livres d’architecture et de sciences humaines d’une part, de
livres populaires ingénieux d’autre part. La concurrence parisienne étant rude, l’édition liégeoise
des années 1970 trouve l’une de ses spécificités dans l’hybridation des formes.
84 avenue Albert – 1190 Bruxelles
tél : 32 2 503 30 95
info@lesimpressionsnouvelles.com
www.lesimpressionsnouvelles.com
CHAPITRE 14 : PATRIMOINE : LES ARCHIVES THÉÂTRALES
NANCY DELHALLE ET LAURA VAN BRABANT
L’archivage ne constitue pas une priorité du monde théâtral liégeois des années 1970. Chaque
théâtre possède alors sa propre politique d’archivage, dépendant du personnel et des locaux
disponibles, ainsi que du bon vouloir de chacun. Cette politique émiettée se voit caractérisée par
une hybridation tributaire également des déménagements et changements de direction fréquents
dans la vie de la majorité des théâtres liégeois.
CHAPITRE 15 : PATRIMOINE : LES ARCHIVES RADIOPHONIQUES
FRANÇOISE LEMPEREUR
Le patrimoine radiophonique liégeois des années 1970 se limite pour l’essentiel aux documents
conservés par la RTBF-Liège. Si celle-ci possède en effet une véritable caverne d’Ali Baba de
bandes magnétiques, ces dernières ont souvent subi, par manque d’attention, des dommages
irréversibles, et nombreuses sont celles dont la perte est à déplorer. Un manque de discernement
qui affaiblit considérablement les tentatives d’exploitation actuelles.
CONCLUSION : HÉRITAGES ET TRANSMISSIONS
NANCY DELHALLE ET JACQUES DUBOIS
Si Liège est le lieu d’un bouillonnement d’initiatives dans les années 1970, il est important de
souligner le fait qu’elles sont synonyme d’effervescence de manière bien plus large. La singularité
de l’aventure liégeoise réside essentiellement dans son expression à la croisée des courants
socialiste et libertaire et dans la tendance au travail en équipes qui la caractérise (Groupe μ, bande
à Pousseur ou frères Dardenne constituent les porte-drapeaux de l’époque). Un esprit
internationaliste anime ces collectivités en même temps qu’une recherche de la rupture et de la
nouveauté.
Voir aussi, intercalés entre les chapitres, les divers “Fragments d’une époque”.

N.B. : une rencontre autour de cette parution aura lieu ce mercredi 10 mars 2010, à la librairie PAX à Liège à 18h


Vous aimerez aussi...