Journées d’étude : « La fiction littéraire contemporaine face à ses pouvoirs » (ULg, Liège, 4-5 mai 2017)

Journées d’étude
« La fiction littéraire contemporaine face à ses pouvoirs »

4 et 5 mai 2017

Université de Liège, Belgique

 

Programme :

Affiche :

Argumentaire :

Ces vingt dernières années, la fiction et le récit se sont étendus à des contextes sociaux et à des domaines de l’existence toujours plus larges, modifiant en profondeur notre imaginaire et notre rapport aux histoires. Dans le même temps, les débats autour de la notion de « force » ou de « fonction cognitive » de la littérature ont conduit à une nouvelle appréciation des savoirs inhérents aux objets fictionnels.

Si cette intelligence de la fiction a pour vertu de rapprocher les « trois cultures » (Lepenies, 1990) en favorisant l’échange et la circulation des savoirs entre les entreprises littéraire et scientifique (épistémocritique, sociologie « par » la fiction, théorie littéraire des mondes possibles, cognitive literary studies), elle n’est pas non plus sans effet sur les créateurs qui, à leur tour, pensent ce pouvoir de parler du monde. D’objet sur lequel exercer des savoirs ou des techniques plus forts que lui, le document littéraire est devenu un instrument de connaissance, un interlocuteur à part entière interrogé pour son mode de saisie et de compréhension de phénomènes longtemps considérés comme extérieurs à lui ou comme agissant à travers lui et à son insu. En quoi ce nouveau contexte de bienveillance et de réflexivité à l’égard de la connaissance par la fiction change-t-il les pratiques littéraires ? Que font les écrivains des pouvoirs qui leur sont désormais reconnus ? Comment rendre compte de l’effectivité propre du savoir de fiction dans les dispositifs narratifs contemporains ?

Ayant renoué avec son « dehors », la littérature contemporaine s’interroge sur les effets qu’elle exerce sur la réalité – notamment la capacité du récit à configurer les représentations de ses destinataires, à les influencer et les faire agir dans un sens déterminé. Un grand nombre d’ « olnis » (œuvre littéraire non identifiée, cf. Hanna, 2010), parfois aux frontières de la performance ou de l’installation artistique, incorporent ainsi à leurs dispositifs des documents qui jouent de leur objectivité pour produire une intelligibilité inédite et spécifique (« portraits » d’A-J. Chaton, détournement du langage de « l’ennemi » chez J-C. Massera ou H. Jallon, montages d’O. Cadiot). Comment, dès lors, ces nouvelles formes prennent-elles en charge cette fonction cognitive de la fiction ? Qu’ont-elles à nous dire du monde dans lequel et au sujet duquel elles interviennent ?

Le sentiment que le récit de fiction s’est disqualifié par l’instrumentalisation qu’en fait le néo- libéralisme (par exemple à travers le storytelling) n’a cependant rien d’une fatalité. Un même désir de connaissance et de mise à l’épreuve du réel anime les projets d’écriture de soi, témoignant d’une confiance dans la capacité du récit à refigurer l’expérience du sujet, voire dans sa valeur politique intrinsèque. De nombreuses œuvres témoignent par ailleurs d’une forme de fidélité au récit, sur un registre inquiet (E. Pireyre, C. de Toledo, E. Pessan) ou critique (T. Viel, C. Montalbetti). Un autre axe de questionnement, plus anciennement attesté, passe par la réappropriation des codes de la littérature de genre (M. Ndiaye, A. Volodine ou, plus récemment, C. Minard), l’hybridation et la transfiction (C. Claro, F. Colin, X. Mauméjean) ou encore le retour d’un certain goût pour l’épique (M. Enard, H. Kaddour, O. Rolin). À un autre niveau, ces phénomènes peuvent aussi se trouver exposés plus directement par les dispositifs narratifs proprement dits, qui représentent un excellent laboratoire pour la compréhension des mécanismes de l’emprise par le récit (O. Rosenthal, P. Vasset, ou même A. Bello).

Notre journée d’étude vise à penser la manière dont les « pouvoirs de la fiction » font retour sur les pratiques des écrivains. S’il privilégie les œuvres littéraires qui incorporent à leur fonctionnement une préoccupation réflexive pour les pouvoirs de la fiction, le corpus envisagé (dont les quelques noms sont ici donnés à titre indicatif) n’exclut pas des communications ouvertes sur d’autres formes d’expression ou disciplines – d’autant qu’un certain nombre des œuvres visées ont parfois un caractère explicitement hybride.

Jean-Pierre Bertrand, Frédéric Claisse, Justine Huppe.


Vous aimerez aussi...